Aversion à la perte, aversion à la dépossession

Je viens de découvrir au hasard de lectures, un concept qui selon moi explique très bien notre attachement irraisonné à nos possessions. Il s’agit du principe d’aversion à la perte.

Pourquoi je vous parle de ça maintenant ? Parce que cette semaine j’ai accroché ma voiture en me rendant à l’hôpital (cette phrase à elle seule résume ma journée de rêve … lol). Donc en passant sous un portique, j’ai mal visé et rayé et enfoncé le côté passager.

J’ai ressenti un réel sentiment de malaise, j’étais triste, je m’en voulais. J’ai donc essayé d’analyser de plus près les impacts de cet accrochage.

Ma voiture a 7 ans, il était prévu que je la change cette année, mais elle fonctionne très bien, ne m’a jamais posé le moindre souci et j’ai donc décidé de la conserver tant que la mécanique me donne satisfaction. Cet accrochage ne change donc absolument rien à mes plans, ne me met pas dans une situation financière difficile et n’a qu’un léger impact sur l’aspect visuel de la bête dont au final je me fout royalement.

Je me suis donc conditionnée à réagir de la sorte parce qu’abimer sa voiture est « sensé » être grave, l’homme étant programmé pour ressentir l’aversion à la perte.

Ce principe met en avant la douleur ressentie par l’humain en cas de dépossession d’un de ses biens. Le problème est que cette douleur est bien supérieure au plaisir qui a été ressenti lors que l’acquisition du même bien.

L’explication de cette réaction exacerbée remonterait à l’âge des cavernes (tout de même) ou l’homme était programmé à amasser pour survivre.

Bien qu’aujourd’hui la plupart de nos possessions n’ont aucun impact sur notre survie, ce réflexe a été bien ancré et ressurgit régulièrement en cas de casse ou dépossession.

Cette situation est d’autant plus dommage que comme vu plus haut, le plaisir éprouvé à l’origine n’est pas à la hauteur de l’émotion négative générée par la suite (énergie consacrée à l’entretien de la chose, stress et peine en cas de casse ou perte). L’acquisition serait donc systématiquement une action négative du fait de ce comportement irrationnel.

Ce principe d’aversion à la perte explique à lui seul l’intérêt du minimalisme, moins nous avons de possessions et moins nous risquons la dépossession ! CQFD !

Publicités

Retour à la réalité …

Voilà c’est fini ! Retour au quotidien la tête pleine d’images, le sourire aux lèvres (et les mollets qui pèlent … VDM)

images

Sans titre

Ce voyage a été une fois encore une parenthèse de magie ! La première impression est confirmée ! J’aime l’Asie et son grand écart constant entre tradition et modernité.

Alors si vous êtes encore là … et vu que je vous ai soulé avec les préparatifs de ma valise pendant des semaines … je vous dois bien un petit article pour clore ce sujet !

Nous sommes donc finalement partis avec 2 valises :
Une de format moyen et une format cabine (presque vide au départ) pour un poids total de 15 kilos à 2 (nous avions le droit à 60 kilos de bagages ça laisse songeur tout de même)Au retour il y a du y avoir une modification de gravité (je ne vois pas d’autre explication) car nous frôlions les 25 kilos pour les 2 valises !

 Qui ose sous entendre que j’ai acheté des trucs ????

Bon, oui, ok … j’ai acheté des trucs … des choses bien (comme un blouson en cuir réalisé dans un atelier de confection à Hoi An pour l’anniversaire du z’amoureux, des tablettes cacahuète au sésame et au pavot, des baguettes, de l’huile de coco) et des choses moins bien (notamment cadeaux pour mes filles sacs, baskets, débardeurs de sport_ et une paire de baskets pour moi :/ tentation quand tu nous tiens)

A très vite pour la suite !

Voyager léger : La tenue pour voyager

Départ moins 24 heures …. il va falloir songer à cette question métaphysique : « Je sais pas quoi mettre pour voyager »

Il faut :
Une tenue confortable (12 heures à gigoter pour essayer de se caler dans 50 cm2 d’espace vital …)
Qui tienne suffisamment chaud pour pas choper une angine avec la clim dans l’aéroport et dans l’avion
Mais pas trop chaud non plus (histoire de pas arriver à destination en état de décomposition avancé)

Ce sera donc : Mon jean bleu fétiche, un débardeur noir souple, un grand gilet noir ultra enveloppant, une paire de baskets et pour la touche glamour des chaussettes de contention (On est sexy ou on ne l’est pas)

Capsule 13 Capsule 9Capsule 25  Capsule 30

Par contre le dilemme … bah oui c’était trop simple … quelle écharpe choisir ?

L’écharpe en cachemire : valeur sûre mais pas très large (plus écharpe que châle).
La grande écharpe frangée (très large assez chaude et peu encombrante)
Le plaid oversize (parfait niveau chaleur mais encombrant et a une fâcheuse tendance à perdre des poils / vive le mohair)

ça va cogiter dur sur les dernières 24 heures … je vous le dit !

Capsule 4Capsule 3image2xl