Le test de la semaine N°4 : Faut-il manger les animaux ?

IMG_20150906_180104

Cette rubrique est en fait un beau bazar, mais elle est le reflet de mon évolution et des choses qui se mettent petit à petit en place dans mon quotidien, depuis que je suis attentive à ma façon de vivre et que j’ai décidé de ne plus subir un mode de pensée généraliste mais bien de me poser des questions sur les sujets qui m’interpellent.

J’ai toujours mangé de la viande, même de la viande crue (appelez moi Hannibal) et des trucs mignons (oui parfaitement j’ai bouffé Pan Pan … je vais me faire lyncher par les végétariens … lol) !
Allez savoir pourquoi mes seules limites étaient le cheval (peut être un lien avec plus de 20 ans de pratique de l’équitation) et le kangourou (là c’est un mystère par contre … j’ai jamais fait de kangourou je vous jure !).

Et puis fin août j’ai lu ce bouquin et depuis un mois je n’ai pas mangé quoi que ce soit de carné …

Non je ne suis pas végétarienne ! ou alors pesco (enfin semi pesco …) ovo lacto flexitarienne mais comme ça fait trop long à expliquer quand on m’invite à manger, on va juste dire que je suis devenue chiante à table !

J’ai donc pris ce livre dans les rayons de la bibliothèque par pure curiosité et en me disant que je n’arriverai jamais au bout (je m’attendais à un plaidoyer larmoyant sur la beauté du petit veau… n’est pas Brigitte Bardot qui veut …), mais bon si t’essayes pas tu sais pas ! et ça n’engageait à rien, j’ai donc attaqué ce sujet épineux, et, d’entrée de jeux j’ai été agréablement surprise par le ton de l’ouvrage.

Faut-il manger les animaux ? La réponse à cette question semble implicite. D’ailleurs L’auteur se la pose dès le début de l’ouvrage. Nous viendrait-il à l’idée de manger notre chien ? Et pourtant l’homme a toujours mangé des animaux et le chien est un met apprécié dans certaines cultures.

Alors qui a raison ?

Jonathan Safran Foer nous explique qu’il est omnivore et que si ça conscience le titille parfois sur le bien fondé du végétarisme, son vécu, ses souvenirs, le caractère social de la nourriture le ramènent depuis des années systématiquement vers le poulet aux carottes de sa grand mère ou autre steak frites .

Il va donc mener une enquête ultra poussée pendant 3 années, d’élevages industriels en abattoirs, il rencontre également des éleveurs traditionnels qui cherchent des solutions face à un système qui se généralise et au monopole de l’abattage industriel, et des opposants au marché de la viande qui l’entrainent dans des visites nocturnes dans cet univers surréaliste.

L’enquête aborde 2 aspects distincts de la consommation de viande : Il est question du spécisme  et de la souffrance que l’homme inflige aux animaux juste parce qu’il pense en avoir la légitimité, mais également des enjeux du changement climatique global et de la pression démographique et alimentaire.

On ne peut bien évidemment rester insensible aux descriptions ultra violentes des traitements infligés aux animaux, mais ce livre met également en lumière avec une brutalité incroyable le drame écologique et humanitaire que notre consommation de viande engendre.

Ce modèle économique, l’industrialisation à outrance qui était supposée mettre de la viande dans chaque assiette pour le bien être de tous est en fait un carnage, une aberration qu’on ne veut pas voir.

Ce que nous mangeons n’a plus rien de naturel, les risques sanitaires augmentent plus vite que les doses d’antibiotiques qu’on nous fait ingurgiter et surtout les disparités se creusent entre les populations, l’humanité dans sa globalité ne pourra jamais être nourrie si on ne brise pas ce schéma, au contraire les écarts grandiront encore.

Au final ce livre ne prêche pas pour le végétarisme, si vous voulez manger de la viande, faites le ! mais sachez au moins ce que vous mangez et les conséquences sur l’environnement.

Changement d’alimentation, de quantité consommé, de qualité de produit acheté … à chacun de faire ses choix, mais une chose est sûre, après cette lecture on ne peut plus faire comme si on ne savait pas !

Si vous avez lu ce livre aussi (ou d’autres sur ce sujet d’ailleurs), j’aimerai bien avoir votre ressenti sur la question !

Publicités

6 réflexions sur “Le test de la semaine N°4 : Faut-il manger les animaux ?

  1. Je ne l’ai pas lu mais je suis vegetarienne depuis bientot 7 mois. C’est en lisant des articles mais surtout en regardant des reportages sur le traitement et la façon dont les animaux sont tués que j’ai decidé de ne plus financer ce systeme horrible. Moi qui adorais la charcuterie maintenant le saucisson me degoute. Je vois des cadavres dans les assiettes des gens… Je pensais pouvoir quand meme manger des poulets fermiers bio dans une ferme que l’on a visité mais qu’ils soient bio ou en usine, les animaux sont tués de la meme façon… Donc impossible de revenir en arriere, une fois que tu es informés tu peux plus faire l’autruche :). Maintenant j’ai les produits laitiers dans le collimateur… Mais le fromage reste assez dur a eliminer a 100%, surtout au restaurant. Bonne continuation en tout cas ! Tu compte eliminer le poisson sur le long terme 🙂 ?

    J'aime

    1. Pour l’instant je ne m’impose rien … je fais au feeling. Sur le mois je n’ai mangé que 2 fois des aliments contenant du poisson. Je laisse les choses se mettre en place tranquillement. Je verrai bien comment ça évolue dans le temps 😉

      J'aime

      1. Oui c’est comme ça qu’il faut faire 🙂 Avant de devenir vegetarienne j’ai petit a petit diminué la viande et le poisson sur 5 mois et là depuis Mai-Juin je diminue les produits laitiers. C’est comme ca que l’on peut tenir sur le long terme et changer notre façon de manger. Bon courage en tout cas !

        J'aime

  2. Je viens de lire ton nouvel article !
    Je n’ai pas lu l’ouvrage dont tu parles mais tout comme toi je ne mange plus de viande et ce depuis le début de cette année 2015 !
    Encore un peu de « pesco » et des oeufs pour la « vie sociale » car maintenant je suis donc devenue « la encore plus chiante à table » (avant j’étais déjà très très difficile car je ne mangeais que du poulet et du jambon).
    Il me fallait certainement arriver à un âge certain… pour m’accepter et mettre en pratique mes choix….
    Devant éviter au maximum le gluten pour des raisons de santé, les repas sont encore souvent un vrai « casse-tête » mais je sais que je ne peux que m’améliorer !!!
    Ces livres permettent des prises de conscience et des changements de comportements et ça c’est déjà de petites victoires !
    A très vite de te lire

    J'aime

  3. Hello je découvre ton blog ! Sympa 🙂 le thème me parle. Je ne suis pas végétarienne mais j’ai jamais mangé beaucoup de viandes. Je ne pourrais jamais me passer de plats comme les lasagnes ou le saumon. Par contre maintenant ce qui change c’est que j’achète que du poulet label rouge. Je me dis que les poulets sont élevés en plein air bien nourris et qu’ils n’ont pas trop souffert. Je fais une croix sur les viandes pas chères et j’en mange du coup beaucoup moins (question de budget aussi). Je remplace par du tofu, des légumineuses, etc. Et on se sent bien chez nous !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s