Mes anti-bonnes résolutions : En 2017 on lâche prise !

lacher-prise

Les bonnes résolutions c’est pas mon truc.
D’ailleurs l’engagement en général c’est pas mon truc … je me sens vite prise au piège.
Je peux m’investir corps et âme dans une direction mais à l’instant ou je me sens contrainte c’est panique à bord et je disparais (tu comprends du coup pourquoi je ne veux pas me marier !)

Alors les bonnes résolutions comme tout le monde j’en ai pris pendant des années …
sauf que je fais l’exact opposé de ce que je me suis engagée à faire
(rapport que je me suis moi même mis la pression sur le sujet) #sabordage …
ouais les gars j’aurais mis environ 40 ans à comprendre comment je fonctionne !

Donc cette année j’ai fait le contraire.
Non seulement je n’ai pas pris de bonnes résolutions mais en plus je me paye le luxe d’aller à l’encontre de mes objectifs du moment #rebelledelaresolution

Tu veux des exemples ?

Clope : J’ai arrêté de fumer le 1er novembre 2016 : Sans aucune pression puisque je faisais « juste » le mois sans tabac. Et bien le premier janvier à 00:01 je fumais une clope ! Comme ça No Stress, je ne suis pas officiellement non fumeuse, je suis juste « en pause » et rien de grave si j’en reprends une tant que je me remets en pause juste après.

Tu comprends l’idée ? En fait je dédramatise la situation ! Alors en vrac ça donne :

Régime miracle : Sur le même principe j’ai fini les chocolats de Noël tout en attaquant la soupe (de toutes façons après les orgies de faux gras et de fromage ça fait du bien #leslegumescestlavie) et j’alterne le citron pressé avec le pinard à l’apéro ! No stress je vous dis ! Je ne suis pas au régime d’après fêtes mon corps va juste se démerder pour réguler les quelques excès de décembre tout seul comme un grand (et s’arranger pour tenir dans mon maillot de bain en mars si possible … d’avance merci) !

Zerowaste : Je ne serai jamais « zéro déchet » c’est dit ! J’ai acheté des Tupperware en plastique (mais au moins ça casse pas et je vais pouvoir faire de la planif de repas digne de ce nom) bannissez-moi ! Je ne veux plus peser mes poubelles ni hésiter 10 minutes pour savoir si je « m’autorise » tel achat ou pas. Mes habitudes de consommation ont été totalement modifiées ces dernières années et sont désormais ma norme. De fait j’ai drastiquement réduit ma production de déchets : je consomme très peu, uniquement des choses que je juge utiles et une grosse partie de mes achats se fait en vrac. J’estime donc que le colibri que je suis fait déjà sa part dans ce domaine. Je reste en éveil aux éventuelles améliorations que je pourrai encore inclure dans mon mode de fonctionnement mais je ne cherche plus la perfection dans ce domaine.

Vég … étarisme … étalisme … anisme : Tu sais quoi ? On va dire que je suis une omnivore qui ne mange plus de viande, ni de yaourts pas trop de lait … ça sera plus simple !Parce que oui dans l’absolu le veganisme je trouve ça noble, mais non aujourd’hui je ne suis pas prête (et je ne le serai peut être jamais en fait … ou si … à suivre) ! Et puis d’abord est-ce que je regarde ce que tu manges toi ? lol

Minimalisme : Ah ah … attention coming out … va-t-elle annoncer que cette année elle va défoncer les soldes pour se rattraper d’années de privation ? Ben non ! Faut pas rêver le minimalisme c’est quand même ma came hein ! Je suis vraiment tombée dedans !
Par contre j’arrive à un stade ou je pense que je n’ai plus besoin de comptabiliser mes possessions ou mes achats (attention j’ai dis je pense … je peux replonger n’importe quand) !
De toutes façons dès qu’un truc ne me semble pas nécessaire ou à sa place dans mon environnement j’ai le gène minimaliste qui me gratouille direct.
De plus je pense aujourd’hui qu’il est impossible de fixer un but ultime chiffré puisque c’est en perpétuelle évolution, ce qui me semblait indispensable hier ne l’est plus aujourd’hui … je vous ferai d’ailleurs prochainement un petit bilan « évolution hygiène / make up » et vous verrez que c’est saisissant (je me lave toujours pour ceux qui s’en inquièterai) !
Ce que je cherchais à atteindre laborieusement il y a quelques années semble aujourd’hui ridicule tellement mes habitudes ont évolué !

Tout ce blabla pour vous dire quoi au final ?

Tout simplement pour vous dire que je pense qu’il est inutile de s’imposer des objectifs et de se mettre la pression !
Par contre il est important d’avoir des convictions et des idéaux, car quand vous suivez vos convictions non seulement vous atteignez vos objectifs mais vous les dépassez !
Vous tracez votre route, il n’y a pas d’efforts à faire, juste mettre un pied devant l’autre dans la bonne direction et vous faire confiance.

Et si toi aussi tu acceptais de lâcher prise en 2017 ?

Lecture Minimaliste pour bien démarrer l’année

Bienvenue en 2017 !
Je vous souhaite une excellente année et la concrétisation de tous vos rêves !

dream

Pour bien démarrer en ce premier janvier,
je voulais relayer ici la publication de « The Minimalists » qui offrent une version de leur livre « Everything That Remains » traduite en français
(en attendant, un jour peut être, la version française de « Minimalism » – Le film)

Vous pouvez le télécharger directement sur leur site ICI

imagine

Inspirez-vous et devenez source d’inspiration à votre tour !

Burn out saisonnier de la quarantaine en crise

game-over1

Direct en lisant le titre tu sens que ça va être un article fun pour clôturer l’année …

Je te préviens, si tu veux des licornes, des paillettes et des cotillons passes ton chemin ici on est plutôt en mode remise en question et prise de tête.

Je n’ai rien publié ici depuis le 28 octobre.
Je n’ai pas publié grand chose non plus sur IG sur cette même période.
Je n’ai pas renouvelé le nom de domaine du blog le 24 décembre et j’ai même décidé ce matin que je ne le renouvellerai pas, que ça ne servais pas à grand chose au final.

Depuis 2 mois donc j’essaye de négocier avec moi même, de faire un point d’étape (en vrai j’essaye de ne tuer personne et c’est déjà beaucoup).

En vrac et à chaud ça donne :
Je travaille dans la même boite depuis 15 ans et plus les années passent plus mes convictions personnelles sont en décalage avec mon taff (euphémisme)
Je vais avoir 40 ans (Outch ça pique)
Les belettes sont grandes et mon « job » de maman a changé (je suis désormais organisme de financement et gérante d’auberge de jeunesse)
J’en suis à mon 4ème achat immobilier et je m’aperçois que posséder n’est pas mon but (mieux vaut tard que jamais … les banquiers, notaires et agents immobilier du secteur me remercient)
Je voudrais créer du lien, apporter quelque chose à quelqu’un, m’investir dans une action en laquelle je crois mais soyons honnêtes j’ai plus le tempérament d’un ermite cynique que de l’Abbé Pierre
Je rêve de partir faire un tour du monde, découvrir d’autres cultures, apprendre des autres mais je me sens empêtrée dans mes contradictions de petite provinciale qui flippe à l’idée de faire tapis avec plus de 20 ans de sa vie.

Donc depuis 2 mois il y a eu pétages de plombs récurrents au boulot et à la maison (le z’amoureux est un saint ça se confirme … il ne m’a toujours pas fait interner … si on était pas « anti-mariage » tout les 2 … enfin bref c’est pas le sujet …)

Et puis aujourd’hui il s’est passé un truc … le truc anodin.
Un petit message en insta direct de Zerowastemilf qui s’inquiétait de ne plus me voir publier.

Il y a des gens comme ça que tu croises, tu ne les connais pas mais tu sens que ça fonctionnerait !
Il y a des gens aussi qui savent nouer des liens et prendre des nouvelles des autres.
Il y a des gens surtout, que j’ai rencontré ici et qui méritent mieux qu’une #blogueuseencarton qui prend la fuite au moindre soucis.

A cause de Marie-Emilie donc, je vais renouveler le nom de domaine du blog (vous croyiez être débarrassé … c’est raté !)

Cet espace va évoluer, tout comme moi j’évolue en ce moment.
Je ne sais pas encore sous quelle forme mais ont va prendre le temps de réfléchir au truc.
Cet endroit finalement c’est un peu ma psychanalyse perso (ouais vous êtes tous mes psy … parce que un seul .. le pauvre j’aurai peur qu’il ne s’en remette pas) mais c’est aussi un espace de rencontres, d’expérimentations, de découvertes et de partage

Alors en 2017, si on essayait l’optimisme ?

Si on remet le truc à plat ça donne :
J’ai un taff et des compétences pour en chercher un autre si besoin
Je n’ai même pas encore 40 ans (hum hum)
Les belettes sont de superbes jeunes femmes, j’ai grave assuré ! (oui bon ben ça va hein je peux me la péter un peu)
J’ai la chance de pouvoir accéder à la propriété (mais va falloir bazarder tout ça)
A moi de bosser sur ma sociabilité et ma relation à l’autre (Je vous aime Putain) ça doit pouvoir se travailler
On VA faire un tour du monde ! On se donne maxi 3 ans pour tout caler et se lancer.

Bon finalement présenté comme ça c’est déjà mieux non ?

Et vous ? quel est votre état d’esprit en cette fin d’année ?
Si ce n’est pas la forme vous pouvez vous essayer au jeu de la reformulation dans les commentaires !
Changer de point de vue et lister clairement les choses sur lesquelles ont peut agir ça permet de reprendre la main sur la partie !

Have fun ! Champagne et cotillons (ouais non … oublies les cotillons c’est kitch) et à l’année prochaine !

En as-tu vraiment besoin ?

ach003863749-1472270111-580x580

Aujourd’hui on va parler d’un bouquin que je n’ai pas lu … #bloggueuseencarton !

Non en vrai on va parler consommation.

Ce livre a fait l’objet de plusieurs articles sur le net et fait actuellement un carton chez nos copains canadiens.

Il a été écrit par un comptable (ouais ça vend du rêve), mais pas n’importe quel comptable puisque Pierre-Yves McSween, chroniqueur, comptable et professeur, est un peu la star des comptables outre atlantique.
Genre le comptable hype qui vulgarise avec humour (oublies la chemisette à carreaux le cheveux gras et la sacoche en cuir … là on est plus dans la catégorie bucheron (pour le cliché local), surfeur ou globe trotteur … clairement le mec a l’air assez cool !).

Cette phrase « En as-tu vraiment besoin » est son mantra.
A travers son livre il la décline sur tous les thèmes de la vie courante, obligeant le lecteur à remettre en question son mode de consommation et à réfléchir à ses priorités financières et met en lumière l’incohérence de nos comportements en tant que consommateur.

Arrivé à ce stade de l’article vous vous demandez surement pourquoi je vous parle d’un livre que je n’ai pas lu …
Et bien tout simplement parce que le titre, cette petite phrase qui n’a l’air de rien, a été une révélation !

C’est exactement cette phrase là que me souffle mon subconscient depuis maintenant plus d’un an !
En as-tu vraiment besoin ?
Je ne l’avais jamais vraiment verbalisé mais c’est ça !
Je ne consomme pas si je n’en ai pas besoin ou si ça ne fait pas partie de mes priorités.

Ces derniers temps je me posais la question de la privation.
Est-ce que ma prise de conscience sur la société de consommation (mais aussi écologique) engendre chez moi privation ou frustration ?
Q’est ce qui fait que je suis passée en quelques mois de consommatrice lambda (qui rempli consciencieusement ses placards, qui fait du lèche vitrine le weekend et qui est constamment en recherche d’un petit truc qui agrémentera sa déco ou son look) à la fille qui fuit les magasins et qui ne consomme plus ?
Cette « non consommation » est-elle un effet de mode (oui le No Buy est à la mode) et est-ce que je vais me réveiller un matin en mode acheteuse compulsive pour rattraper mes mois d’ascétisme ?

Et au moment où j’ai lu cette simple phrase j’ai compris (oui je comprends vite mais il faut m’expliquer longtemps …).
J’ai compris que je ne reviendrais pas en arrière, que désormais je me connais, je connais précisément mes besoins et mes objectifs (à bientôt 40 piges il était temps) et le reste ne m’apportera rien de plus.

La consommation ne peut rien m’apporter, elle ne peut pas me rendre plus heureuse ni remplir ma vie. Seul ce qui comble un besoin ou qui permet de tendre vers un but précis peut être bénéfique.
Le désir de consommation n’a pas de limite et entraine donc le consommateur dans une spirale infernale : « si cet objet ne m’a pas rendu plus heureux peut être que le prochain le pourra ». NON.
Quand tu comprends de quoi tu peux te passer alors tu gagnes en liberté. Et finalement la liberté est peut être une bonne entrée en matière pour être heureux …

Alors la question est posée : De quoi as tu besoin ?
Mais surtout de quoi peux tu te passer ? Qu’est ce qui au final n’est qu’une habitude que tu traines depuis des années, un automatisme ? Qu’est ce que tu fais parce que les autres le font ? Ou parce qu’il faut le faire (l’avoir) ?

Les prochaines semaines nous aborderons donc certains domaines de consommation spécifiques et je vous expliquerai comment je me positionne sur chacun d’entre eux (et je vous rassure je suis complètement déraisonnable sur certains aspects) !

Bonne semaine !

Désencombrement et Minimalisme : Méthode 5 : La Packing party

Aujourd’hui nous allons aborder le graal des méthodes de désencombrement.
Ouais les gars la méthode ultime !
Tellement ultime que je n’ai pas eu le courage de m’y frotter
(mais ça me travaille depuis un moment … on n’est pas à l’abri d’une nouvelle lubie)

minspodcastcover-1500x1000-500x333

Cette méthode (comme sa petite soeur le Minsgame) est donc sortie de l’esprit totalement dérangé de mes idoles :
The Minimalists.
Ces mecs sont fous … Ils ont tout compris !
#ilsnesavaientpasquecetaitimpossiblealorsilslontfait

Donc cette semaine encore il va falloir des cartons, beaucoup de cartons, énormément de cartons et puis des draps aussi, ou des couvertures … en fait il faut déménager la maison dans laquelle vous vivez !
Oui rien que ça !

Le concept : 
Comme indiqué précédemment, il s’agit de mettre en cartons l’intégralité de ses affaires, comme si on allait déménager. On fait donc des piles de cartons et on recouvre ses meubles avec un drap ou une couverture enfin ce qu’on trouve.
Oui on a dit TOUTES ses affaires !
Poses ce truc dans le carton tout de suite ! Pour que ça fonctionne il faut jouer le jeu.

Si vous ne craignez pas que vos potes vous prennent pour des dingues, vous pouvez faire ça en groupe c’est plus fun, sinon il faudrait au minimum réquisitionner les éventuels mari ou enfants … ça peut toujours servir !
NB : l’auteur de ce blog se dégage de toute responsabilité si Monsieur part acheter des clopes et ne revient jamais …

Admettons donc que vous soyez de super minimalistes courageux (genre des Ninja minimalistes) et que vous emballiez la totalité de votre maison (si c’est le cas envoyez moi des photos ou venez me raconter ça va me faire kiffer !), on fait quoi après ?

Et bien après on recommence à zéro tout simplement.

Exemple : Samedi soir 19 heures toute la maison est emballée … vous êtes sur les rotules
Action 1 : dans le carton « Verres » prenez 2 verres à vin, trouvez le tire bouchon et ouvrez une bouteille
Action 2 : enlevez le drap qui recouvre le canapé et vautrez vous comme une loutre ! Vous l’avez bien mérité !!
Actions 3 et plus si affinités … il vous faudra sans doute dans la soirée de quoi dresser une table pour 2, vos brosses à dents, votre linge de lit, les pyjamas en pilou (nan laissez tomber le pilou ! A poil c’est plus minimaliste ! lol) …

Pourquoi tout emballer ?
Il est évident qu’au moment d’emballer ses affaires on identifie directement certaines choses indispensables (type le canapé et les verres à vin … euh non pardon je voulais dire le lit et les brosses à dents).
Alors pourquoi emballer ces articles ?
Tout simplement parce que si vous laissez votre esprit (tordu, complètement pollué par la société de consommation, qui a peur de manquer de tout) décider de ce qui vous est nécessaire, vous allez non seulement laisser accessibles les brosses à dents et le dentifrice, mais aussi quelques centaines d’autres trucs en vous disant, « ben si … ça je l’utilise ».
Alors oui, sans doute, vous l’utilisez … mais parce que c’est là !
En avez vous vraiment besoin si c’est hors de votre vue ? C’est là tout l’intérêt de la Packing Party !

Et après ? 
On continue donc de déballer au fur et à mesure de ses besoins pendant les jours et les mois qui suivent. Petit conseil … il faut songer à bien indiquer sur les cartons ce qu’ils contiennent et mettre à part les cartons vraiment saisonniers si il y en a.
Vous allez donc récupérer vos essentiels en quelques jours, puis éventuellement repiocher quelques articles plus spécifiques dans les semaines qui suivent
Au bout de 3 mois, ce qui est encore dans les cartons ne vous est clairement d’aucune utilité et peut donc prendre la direction d’Emmaüs ou être vendu si il y a des articles de valeur ! De toutes façons au bout de 3 mois, vous serez bien incapable de lister le quart de ce que contiennent vos cartons ! Loin des yeux loin du coeur !

Avantages : Cette méthode a l’énorme avantage d’être radicale ! On ne conserve que ce qui nous est nécessaire sans aucune interprétation ni sentimentalisme. C’est la méthode parfaite si vous avez un déménagement de prévu ! On déménage toutes les boites dans la nouvelle maison et on réinstalle au fur et à mesure des besoins.

Inconvénients : Empaqueter l’intégralité de ses possessions alors qu’on habite dans la maison demande un travail phénoménal. D’autre part, certains types d’articles (saisonniers) sont difficiles à traiter avec cette méthode (d’où l’intérêt de les emballer à part et de garder ses cartons sur une durée plus longue / 12 mois).

Alors ? On déménage ? 

 

 

Désencombrement et Minimalisme : Méthode 4 : Les boites

Cette semaine on aborde l’avant dernière technique de désencombrement de cette série avec la techniques DES BOITES (voir de LA BOITE si vous êtes déjà bien avancé dans votre bordel désencombrement !)
Il nous restera donc un article vendredi prochain pour la méthode Ultime … le truc de carrément dingue qui me fait rêver (chacun ses fantasmes … ne me jugez pas !)  … suspens … pour l’instant on s’attaque aux boites !

Méthode des 4 boites : 

Il s’agit donc de s’attaquer à son désencombrement (ben oui ça va pas se faire tout seul) en se munissant de 4 boites (cartons, sacs, paniers …) pour pouvoir trier les articles en 4 catégories. Si vous attaquez un tiroir par exemple, ou un placard vous allez donc au fur et à mesure que vous le videz placer chaque objet dans une de ces boites (on a dit CHAQUE objet hein … on en laisse pas la moitié des trucs dans le tiroir on prend chaque objet dans les mains et on prend une vrai décision quand à sa destination).

Ranger :
Pour cette catégorie vous pouvez utiliser un panier qui restera accessible dans la maison en permanence.Vous posez dans cet endroit tous les éléments qui retourneront dans votre tiroir après nettoyage ou qui seront à ranger ailleurs mais que vous êtes certains de vouloir conserver.
Hors phase de désencombrement, ce panier peut également servir à déposer ce qui doit être ranger. Par exemple poser le panier en bas de l’escalier et mettre dedans les affaires des enfants (ou les vôtres) qui trainent dans le séjour. Quand vous irez à l’étage, vous pourrez aisément tout remonter.

Donner :
Pour cette catégorie, le plus simple est de récupérer des cartons. Vous déposez dedans les choses en bon état mais dont vous n’avez plus l’utilité. dès que le carton est plein, vous le fermez et le mettez directement dans la voiture pour le déposer à la recyclerie ou chez Emmaüs.

Jeter :
Ici faisons simple, un sac poubelle si vous attaquez une grande phase de tri, ou tout simplement la poubelle de la cuisine pour les petits rangements. Dedans ? ben … les trucs à jeter (cassé, inutilisables, …).

Stand By :
Ici le mieux est également d’utiliser un carton. Pourquoi ? Parce que lorsque ce carton sera plein vous allez le fermer (genre scotché, vraiment fermé) et noter dessus une date de votre choix : 3 mois ?, 6 mois ?, 1 an ? c’est vous qui décidez, mais si vous n’avez pas rouvert ce carton d’ici là (pour reprendre un article qui vous est nécessaire … pas juste pour admirer votre bazar), le carton partira lui aussi directement chez Emmaüs sans passer par la case ré-ouverture.
C’est donc le carton des cas désespérés … le truc qui objectivement ne vous sert à rien mais là tout de suite vous n’arrivez pas à prendre une décision (« ça peut servir », « je l’aime bien quand même », « il risque de me manquer »). Il faut être super vigilant et ne mettre vraiment que peu d’objets dans ce carton. Genre 1 objet ou 2 sur tout un placard sinon ça ne sert à rien !

Avantage de la méthode : Vos cartons « donner » et « stand by » restent toujours accessibles, même pour un petit tri, vous n’avez pas d’excuse pour remettre un objet dans le tiroir faute de pouvoir traiter son « élimination » dans la foulée. On s’est tous déjà dit, « je ne vais pas aller à la recyclerie pour 2 ou 3 objets » du coup on remet l’objet dans le tiroir et on se dit qu’on le ressortira plus tard … ce qu’on ne fait pas toujours.

Inconvénient : La boîte Stand By doit être ultra surveillée ! ça peut très vite dégénérer, et bien évidemment, le but n’est pas de se retrouver avec 40 cartons Stand By dans le garage ou le grenier, que vous devrez tous rouvrir si vous décidez de repiocher un article !

Méthode 1 boite : 

Comme dans la méthode précédente, il s’agit d’avoir en permanence une boite à disposition (avec vos poubelles de recyclage par exemple), pour y mettre des choses à donner.

Si vous avez encore pas mal de désencombrement à faire, le but sera de poser dans cette boite chaque jour 1 article ou plus (personnellement j’avais utilisé cette méthode en supprimant 2 objets par jour et c’est finalement très efficace). Cette technique vous permet d’intégrer le désencombrement à votre routine, au bout de quelques semaines vous placerez des objets chaque jour dans votre boite sans même vous en apercevoir.

Si vous n’avez plus beaucoup à désencombrer, cette boite vous servira tout de même de « sas » pour les choses que vous ne traitez pas au quotidien.
J’ai un panier à cet usage à côté de ma poubelle recyclage verre et chacun met dedans, aussi bien les vêtements à déposer dans les bennes relais, que les objets à donner. Ce panier se rempli suivant les périodes tout les 15 jours ou 3 semaines. Cela permet d’évacuer les choses au fur et à mesure et de ne pas laisser trainer ce top que personne ne porte dans l’armoire en se disant qu’on ne va pas aller au relais pour un vêtement.

Avantages : Pratique, efficace cette méthode vous permet de désencombrer sans douleur et surtout de faire du désencombrement une habitude !

Inconvénients : Euh … aucun ? Eventuellement vous avez une « poubelle » de plus à caser dans la maison mais c’est mieux que du bazar partout non ?

 

Désencombrement et Minimalisme : Méthode 3 le Minsgame

Cette semaine nous allons donc aborder un des poids lourd des techniques de désencombrement : La méthode du Minsgame.

Le Minsgame c’est quoi ?
Si vous trainez depuis un peu de temps sur ce blog, vous connaissez sans doute déjà cette technique puisque nous avons joué à ce « jeu » en septembre 2015.

Il s’agit d’un jeu, inventé par Joshua Fields Millburn & Ryan Nicodemus du blog The Minimalists et qui se déroule sur un mois. Le but du jeu est donc de se « débarrasser » d’une chose le 1er, de 2 choses le 2, de 3 choses le 3 et ainsi de suite pour arriver à 30 ou 31 articles le dernier jour du mois , ce qui au total fait 465 ou 496 articles à supprimer sur les 30 ou 31 jours (1+2+3+4 …. +28+29+30+(31)).

Tout compte : meuble, électroménager, électronique, livres, vêtements, … Le but est par contre d’éviter au maximum de jeter et plutôt de donner à des proches ou à des associations, bibliothèques, …

Avantages de la méthode :
C’est d’une efficacité redoutable ! Plus de 450 objets en moins sur 1 mois, le résultat ne passe pas inaperçu. De plus comme on commence « petit » (1 objet, puis 2, puis 3) on prend confiance dans notre capacité à éliminer les choses.
Autre gros avantage de la méthode : c’est ludique !
On s’est même retrouvé certains soir en mode « chasse aux objets » genre à 22 heures (zut on a zappé le minsgame !).
Enfin, il y a chaque mois une grosse communauté de cinglés de minimalistes qui jouent à ce jeu (notamment sur IG #minsgame) du coup on peut se faire des copains psychopathes et photographier allègrement nos tas de bordel ! Elle est pas belle la vie ?

Inconvénients de la méthode : 
Je ne vais pas vous mentir, presque 500 objets à retirer ce n’est pas une mince affaire (il vaut mieux être au début de son désencombrement qu’à la fin ! J’avais d’ailleurs arrêté le mien au jour 27 car je ne voyais, à ce moment là, vraiment plus rien de superflu chez moi / pour le bilan c’est ici) !
Il faut une bonne dose de motivation et surtout ne pas prendre de retard ! Sinon ça se cumule et on lâche l’affaire devant l’ampleur de la tâche.
Il faut aussi ne pas trop se laisser prendre au jeu … au risque de bazarder des trucs que vous regretterez par la suite ! Désencombrer vite c’est bien, mais certaines catégories prennent du temps, on affine, on teste, on évolue (dit la fille qui désencombre depuis bientôt 3 ans)

A force d’en parler j’ai presque envie de rejouer ! Un petit Minsgame en novembre ? avant les fêtes ? Non je plaisante je n’ai plus les moyens de mes ambitions … je ne dois même plus avoir à la maison suffisamment d’objet pour tenir 30 jours ! Lol
Par contre si vous jouez, je serai ravie de vous suivre sur vos blogs ou IG ! #minsgameparprocuration Lol