Archives du mot-clé minimalisme

Tour du Monde : La pharmacie polyvalente et compacte

Ça y est nous sommes passés sous la barre fatidique des 200 jours avant le départ !
Et on continue à alterner entre sujets super cool comme le choix de l’itinéraire et thématiques beaucoup moins sympa concernant santé / assurances / paperasses …
On a donc décidé de mettre un coup d’accélérateur sur le sujet santé histoire de boucler ça rapidement et de se libérer l’esprit à ce niveau.
Les vaccins étant faits, il nous restait donc à planifier quelques rdv de contrôle : dentiste pour tout le monde et ophtalmo pour Monsieur, choisir une assurance voyage (Chapka est dans la place !), et constituer une trousse à pharmacie qui soit polyvalente mais qui ne remplisse pas à elle seule un sac à dos de 40 litres.
Et là il y a un vrai défi ! On est minimaliste ou pas ?!?
D’autant plus que le médecin ne nous a pas forcément aidé sur ce coup là ! On a au final décidé de prendre environ la moitié de ce qui nous a été suggéré.
Notre raisonnement a été le suivant :
Nous consommons très peu de médicaments en France. Nous avons généralement à la maison de quoi soigner les 3 ou 4 trucs les plus courants et nous évitons la prise de médicaments de façon systématique.
Dans les endroits que nous traverserons nous trouverons des pharmacies au moins dans les grandes villes. Pour les pathologies basiques, il faut donc de quoi pouvoir traiter quelques fois mais pas forcément une provision pour un an.
Nous ne sommes pas médecins, et si nous pouvons nous automédiquer  sur des pathologies légères et courantes, nous ne jouerons pas avec notre santé et utiliserons notre assurance voyageur et les cliniques / hôpitaux locaux en cas de besoin.
Notre pharmacie sera la plupart du temps dans notre sac à dos à l’hôtel et non sur nous. Nous avons donc pris la décision de ne pas prendre de traitement « d’urgence » que de tout façon nous craignons d’utiliser  (tu te rappelles, on n’est pas médecin ! donc non je ne me visualise pas trop en train de planter un bic dans la gorge de quelqu’un ou de recoudre une plaie à vif, mais qui sait j’aurai peut être une révélation … lol).
Je vais donc vous lister ci-dessous ce que nous avons choisi de prendre avec nous.
L’ensemble des médicaments a été reconditionné dans des sachets récupérés au bureau. Ce reconditionnement permet un gain de place évident mais facilite aussi la recherche du bon traitement puisque les plaquettes sont groupées et que chaque sachet est identifié avec le nom du médicament, les utilisations et la posologie.
Dans la trousse on met aussi dans un ziploc les ordonnances et les carnets de vaccination
Petite astuce, on trouve très facilement sur Internet les notices de tous les médicaments ainsi que la DCI (Dénomination Commune Internationale) équivalente au nom commercial du médicament recherché.
Vous trouverez ci-dessous le contenu de notre trousse qui n’est en aucun cas une trousse idéale ou exhaustive mais celle que nous avons choisi de constituer pour ce voyage 🙂
Paludisme : Malarone / Atovaquone x 2 boites (en curatif / si besoin)
Douleurs et fièvre : Doliprane 500 x 2 boites /  1000 x 2 boites
Système digestif :
Nausées : Domperidone x 2 boites
Transit : Lopéramide x 2 boites / Tiorfan x 1 boite
Spasmes : Spasfon X 2 plaquettes (Lyoc et classique)
Antibiotiques Large spectre :
Amoxicilyne x 2 boites
Ciflox 500 x 1 boite
Trucs de filles : (ouais c’est sexiste !)
Monodose Infection urinaires x1
Crème Mycose x1 (bah oui parce que qui dit antibio .. dit … ça gratouille ! c’est pas glamour mais c’est la vie la vraie hein !)
Corticoides :
Prednisolone : cortisone / Allergies
Diprosone : crème dermato corticoide
Trucs divers et variés :
Nautamine : Mal des transports x 1 boite
Pansements grands format x3
Pansements ampoules x1 boite
Huile essentielle de Tee Trea / désinfectant

Insect Ecran / Crème solaireBoules Quies / Mini ciseaux

Tout tient donc dans une petite trousse sauf les 2 tubes de crème, le flacon d’Insect Ecran, la crème solaire et le flacon de Tee trea qui seront dans un ziploc de produits liquides puisque nous voyageons en bagage cabine uniquement.

Et au niveau du budget ?
Niveau médicaments nous avons eu à régler le traitement anti palu soit 25 euros x 2
Il y a ensuite quelques articles de parapharmacie à rajouter : pansements ampoules, Insect Ecran, crème solaire, boules quies, mini ciseaux …

Ce qu’on retient de tout ça ?
Si on veut voyager léger, on évite les « au cas où ! »
et encore plus au moment de faire sa trousse à pharmacie !

 

Publicités

Tour du Monde : Vaccinés mais pas ruinés !

Alors  aujourd’hui on va faire dans l’article glamour qui vend du rêve : Les vaccins que nous avons décidé de faire pour notre tour du monde et le budget.

Parce que oui avant de se balader de plage de rêve en jungle luxuriante il y a deux ou trois trucs ultra funky à gérer du genre se faire vacciner, s’assurer, vider son appart (et oui même pour une minimaliste il y a du boulot).

Chapitre 1 : Les vaccins ça coute un bras
Quand on a commencé à creuser la question des vaccins, non seulement on n’était pas fous de joie à l’idée de se faire injecter tout un tas de truc mais on a surtout halluciné des prix que l’on voyait.
Pas mal de voyageurs s’en tiraient pour des budgets de 500 euros par personne.
Alors oui la santé ça n’a pas de prix mais quand tu prépares un tour du monde ton budget c’est quand même une question légèrement centrale alors mettre 1 000 balles dans des vaccins ça fait légèrement mal.

Et puis on a découvert 2 trucs :
Le premier c’est que pas mal de mutuelles remboursent des « forfaits » pour ce genre de choses. Mais par contre elles ne le crient pas sur les toits ! Il faut donc penser à leur demander ou systématiquement envoyer sa facture acquittée au cas ou.
L’année dernière j’ai par exemple envoyé mes factures pour les vaccins hépatites A & B et les 2×70 euros ont été remboursés ! Plutôt une bonne surprise ! Les forfaits remboursement pour ce genre de choses sont souvent annuels donc si vous pouvez répartir vos vaccinations sur 2 ans c’est jackpot ! Je vais d’ailleurs renvoyer les factures des derniers vaccins et on verra bien si ça passe cette année.
Le deuxième truc qui nous a fait halluciner c’est les différences de prix entre les différents établissements. Naïvement je pensais qu’un vaccin avait le même prix qu’on l’achète à la pharmacie, ou qu’on le fasse dans un hôpital ou un centre de vaccination. Éventuellement une légère différence de prix de consultation pourquoi pas mais je me trompais complètement. Le prix du vaccin en lui même peut varier du simple au triple !

Nous voilà donc partis dans une étude comparative des centres de vaccinations. Oui on a une vie passionnante quand on prépare un tour du monde !
On a finalement trouvé notre bonheur au centre de vaccinations internationales Saint Louis à Paris. Par exemple le vaccin contre la rage est affiché à 25 euros alors qu’il se vend 70 euros en pharmacie (quand il n’est pas en rupture de stock ce qui est le cas en ce moment !!!)
Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour voir l’intégralité des tarifs 2019

Chapitre 2 : ça se passe comment une consultation au centre de vaccinations internationales
Je ne sais pas si vous êtes comme nous (enfin comme le z’amoureux surtout) mais aller à l’hôpital ne fait pas partie de ses activités favorites. J’ai donc sorti mon sourire le plus enthousiaste pour lui annoncer le vendredi à 21 heures qu’on prenait le train le lendemain à 7:00 pour aller à la consultation du samedi matin.
Car oui c’est sans rendez-vous de 8:30 à 12:30 mais seulement une quarantaine de personnes peuvent passer dans la matinée. C’est donc premier arrivé premier servi et il y a la queue dès 8:00 du matin

A l’ouverture, on vous donne un numéro et on vous appel pour créer votre dossier et vous faire remplir un questionnaire (Pays prévus / voyages déjà effectués / problèmes de santés éventuels, …)

Puis c’est la consultation avec l’un des 2 médecins, mais pas grand chose à voir avec une consultation habituelle, on est plutôt en mode papotage de voyage, genre le gars est trop content de te prescrire des vaccins et de l’anti diarrhéique et toi tu as un sourire béat à l’idée de te faire trouer le bras.
Et oui parce que non seulement tu as du sur mesure pour savoir quels vaccins effectuer mais tu repars aussi avec une ordonnance avec tout ce qu’il te faut pour survivre en milieu hostile au paradis : de la Malarone en traitement curatif d’urgence à l’antibiotique à large spectre, …

Chapitre 3 : On se fait vacciner contre quoi au final ?
Cette partie fait référence à notre expérience personnelle après échange avec le médecin. Nous avons suivi ses recommandations mais ce protocole est adapté à nous et notre voyage.

Les vaccins que nous avions déjà effectués :
Nous avions déjà effectué certaines vaccinations avant notre voyage en Inde l’année dernière
DTC  rappel effectué en 2018 ok jusqu’en 2028
Typhoide effectué en 2018 ok jusqu’en 2021
Méningite effectué en 2018 ok à vie
Hépatites primo vaccination en 2018 rappel 2019

Nous avons choisi de faire en plus cette année :

Fièvre jaune : A vie / Vaccin obligatoire pour entrer dans certains pays d’Amérique du sud. Ce vaccin ne peut s’effectuer que dans les centres de vaccinations internationales

Rage : Le vaccin est en rupture de stock mais disponible sur avis médical au centre de vaccinations. Il s’effectue en 2 injections à 7 jours d’intervalles et nous a été fortement recommandé par le médecin.

Nous avons décidé de ne pas faire le vaccin de l’encéphalite japonaise. Ce vaccin est conseillé aux personnes restant de longues périodes dans des zones rurales en saison des pluies. Il est souvent prescrit dans le cadre de mission humanitaires dans des zones isolées mais peu prescrit pour les voyageurs.

Budget total pour nous deux 242,34 euros (Si nous avions été au centre de vaccinations Air France par exemple, le budget aurait été de 418 euros, à l’Institut Pasteur cela nous aurait couté 548 euros)

C’est tout pour aujourd’hui et félicitations à ceux qui sont arrivés jusqu’ici ! lol

La prochaine fois si vous êtes sages on parle de la trousse à pharmacie … je sais, c’est trop de bonheur ne me remerciez pas !

Tour du Monde : Comment quitter son job

Partir en tour du monde, c’est un sujet récurrent chez nous depuis maintenant plusieurs années.
On se dit qu’un jour c’est sûr on partira, pourtant, il y a un monde entre le dire et le faire. Et puis un jour c’est l’évidence et tout bascule en quelques heures.

Quitter sa zone de confort est d’autant plus délicat quand tu es « installé » (enfermé ?) dans ta vie bien tracée genre accession à la propriété, CDI, enfants … Alors non je ne suis pas en train de me plaindre, c’est une situation plutôt enviable et confortable mais quand on décide en quelques heures de tout envoyer valser et de repartir à zéro on se tape quand même quelques petits moments d’angoisse, genre ton subconscient qui te réveille en pleine nuit en te hurlant « Non mais t’es diiiiiiingue ?!?! ».

De notre côté l’accession à la propriété c’était déjà un sujet réglé puisqu’on avait décidé il y a un an (déjà dans l’optique de prendre la route) de redevenir locataire. Restait donc la question du boulot.

Alors on fait comment pour partir se la couler douce explorer le monde, quand comme une bonne partie du commun des mortels on a besoin d’un job pour pouvoir vivre.

Ci-dessous un tableau reprenant les diverses stratégies retenues par les baroudeurs au long cours.
                                  Source https://www.tourdumondiste.com

Comme 17% des voyageurs nous avons donc tenté l’option année sabbatique ! Sachant que l’option démission n’est jamais bien loin puisque le problème de partir en couple c’est d’obtenir 2 années sabbatiques aux mêmes dates ! Mais qui ne tente rien n’a rien ! Challenge accepté !

Une année sabbatique c’est quoi au juste ?
Le congé sabbatique est une disposition légale pour tous les salariés du secteur privé. Le contrat de travail est suspendu d’un commun accord mais doit reprendre à des conditions équivalentes au retour du salarié.
Pour pouvoir en bénéficier il faut remplir deux conditions :
Cumuler 6 années d’activité professionnelle dont 3 ans d’ancienneté au sein de votre entreprise actuelle
Techniquement le congé sabbatique est assez difficile à refuser pour l’employeur puisqu’il doit justifier du motif de son refus et démontrer que votre départ mettra en péril l’entreprise.
Bien évidemment il vaut mieux pour aborder le sujet être en bon terme avec son employeur et demander gentiment car il a tout de même la possibilité de vous demander de reporter votre congé sur une durée de 6 à 9 mois suivant la taille de l’entreprise. Il faut bien aussi penser qu’il va falloir continuer à travailler ensemble avant le congé mais aussi à notre retour.

Donc concrètement on a fait comment ?
Une fois la décision prise nous avons fait le choix de décaler nos demandes. Obtenir un premier accord pour avoir des dates bloquées et faire la seconde demande ensuite.
Nous avons également tous les deux abordé le sujet avec nos employeurs ou responsables oralement quelques jours avant l’envoi des demandes.
Une fois le choc de l’annonce passé (oui ton employeur peut te traiter de hippie ! lol) on envoi donc un courrier recommandé ou on le remet en main propre contre signature.
Ce courrier doit spécifier la nature de la demande, la date de début du congé souhaitée et sa durée (attention durée maxi 11 mois, l’année sabbatique est donc une fausse promesse) !
Et ensuite on attend et on croise les doigts ! L’employeur a 30 jours pour vous signifier son refus. Sans réponse dans ce délais la demande est considérée comme acceptée !
De notre côté, à 8 mois du départ, nous sommes donc à un accord et la deuxième demande est en cours … suspens ! parviendrons nous à obtenir le grand chelem du congé sabbatique ?

Petite mise en garde tout de même, si la démarche semble simple, il faut bien prendre conscience qu’elle n’est pas sans conséquences. Elle peut être plus ou moins bien prise suivant l’entreprise, clairement nous avons fait ces demandes en étant prêts à aller jusqu’au bout de la démarche coûte que coûte même si cela devait impliquer une rupture conventionnelle ou une démission. Tenter sa chance et faire marche arrière si on sent que ça va se faire dans la douleur est à mon avis une stratégie risquée !

 

Pourquoi un tour du monde ?

Tout simplement parce que c’est notre rêve !
Notre rêve ne vaut pas mieux que le tien ou celui de la voisine mais c’est le notre du coup tu ne nous en voudras pas si les articles tournent un peu en boucle autour de ce sujet dans les prochains mois prochaines années !

div4006-terre-mappemonde-carte-du-monde-planisphere-style-design.jpg

Alors déjà petite précision sur le NOUS employé ici alors qu’à la base ce blog c’est ma bulle juste à moi. Effectivement ce tour du monde je ne vais pas le faire seule mais avec le z’amoureux (bon par contre on a noyé les gosses hein !)

Présentation vite fait pour les nouveaux et rattrapage pour les anciens ça ne fait jamais de mal !
Donc moi c’est Raph, 41 ans (outch) et maman de 2 superbes jeunes femmes de 20 & 22 ans, lui c’est Lyl’s, 48 ans (la vache !) et c’est mon amoureux depuis 8 ans, mais en fait c’était déjà mon amoureux quand j’avais 16 ans (la vie est pleine de surprises) on a juste fait un petit break de 14 ans histoire d’être sûrs.
Cela fait maintenant quelques années que nous voyageons à travers le monde en sac à dos et depuis environ 2 ans l’idée de faire le tour du monde était récurrente.

Seulement partir un an et pas 5 semaines ça implique quelques ajustements et des décisions pas évidentes à prendre. Nous avions fixé une date limite à 2020 et plus l’échéance avançait plus je craignais de ne pas avoir le courage de sauter le pas. On a tellement de raisons de ne pas partir : Deux boulots en CDI, les filles encore en études, nos mères qui avancent en âge, des petits bugs de santé qui commencent à se pointer, un appart qu’on adore, des bagnoles, des meubles, … et pourtant on part parce que c’est une évidence ! Une sorte de certitude qui s’est forgée avec les années, à chaque découverte d’un pays, l’envie de rester plus longtemps, l’envie d’aller voir encore un peu plus loin, la curiosité jamais rassasiée une envie de dévorer le monde et de sortir de notre zone de confort.

Alors le 3 octobre 2018 en rentrant du boulot (on était rentrés de Malaisie depuis 5 jours), j’ai juste dit : On part en septembre prochain, t’es ok ? La décision était prise.
Le déclencheur ? la boite dans laquelle je bosse depuis 16 ans allait être vendue c’était maintenant ou jamais ! Carte sur table avec la nouvelle direction, ça passe ou ça casse mais nous on s’casse !

Cette décision est donc loin d’être anodine, laisser un temps sa vie de côté, sa famille, ses amis, son confort, jouer à quitte ou double avec sa sécurité professionnelle et devoir tout reconstruire ensuite n’est pas si simple. Alors qu’est ce que cette expérience va nous apporter ?

Le bonheur
Non le bonheur n’est pas ailleurs ! Il est en nous, mais en ce moment ce qui nous fait vibrer c’est cette envie d’aventure et de découverte. Alors on suit notre instinct, on se fait confiance, après tout on pourra toujours recommencer donc pourquoi pas essayer autre chose

Le dépassement
Partir sans plan défini, avec presque rien, devoir s’adapter chaque jour dans un environnement inconnu, se dépasser physiquement, affronter ses peurs, se dire qu’on l’a fait !

La liberté et le temps
Être totalement libre de ses choix, pouvoir changer de programme comme bon nous semble, prendre le temps, n’avoir aucune contrainte, juste profiter et s’émerveiller, je ne sais pas vous mais moi c’est un truc que je n’ai pas vécu depuis un bon moment !

Se connaitre et connaitre l’autre
Je n’ai jamais autant appris sur moi qu’en voyage. Peut être parce que je lâche prise, peut être parce que je suis plus vulnérable et plus ouverte sur mon environnement. Je pense avoir encore beaucoup à apprendre sur moi pendant cette année mais aussi beaucoup à apprendre sur mon binôme. Car oui le fonctionnement est totalement différent au sein du couple entre la gestion du quotidien routinier et ce type d’expérience. La complicité est différente, forcement 7/7 et H24 … ça crée des liens.

Voir comme la terre est belle 
La liste serait trop longue ! On fera un point Bucket List bientôt mais même en un an de voyage on ne verra qu’une infime partie ! Ou comment apprendre la frustration ! lol

Nous enrichir
En rencontrant des cultures différentes, en découvrant des religions, des coutumes, des savoirs faire, en croisant la route d’autres voyageurs, en échangeant sur nos expériences, en retrouvant notre curiosité, parce que la vraie richesse est là et pas dans le matériel

Ce qui est certain, c’est que cette année risque de nous transformer profondément et de changer la suite de nos vies. De quoi auront nous envie au retour je serai bien incapable de vous le dire aujourd’hui mais on trouvera bien des idées d’ici là !

L’aventure commence dès maintenant avec la préparation (on va passer le stade de l’ultra minimalisme là ! lol) de ce tour du monde qui s’étalera de septembre 2019 à l’été 2020. On t’embarque avec nous ?

Et pour ceux qui voudraient en savoir un peu plus sur les motivations des voyageurs au long cours, je vous partage le lien du super documentaire des COFLOCS « Génération tour du monde »