Archives du mot-clé defender300TDI

LES ESSENTIELS : N°1 FLATDOG ROOFRACK

Equiper un 4×4 n’est pas si simple qu’il y parait, surtout quand comme nous, on est totalement novices dans cet univers.

Pour chaque accessoire, il existe des modèles spécifiques pour les différents types de véhicule ou modèle et les équipements sont généralement assez cher.

On cherche donc en permanence le bon compromis compatibilité, fonctionnalité, prix …

La galerie est le premier gros achat que nous avons fait pour aménager notre Defender.
Pour pouvoir optimiser la surface du toit, il nous fallait un type de galerie bien spécifique.
Elle devait être plate avec des barre suffisamment larges pour bien répartir les charges

Quand je parle de gros achat, il faut savoir qu’on est proche des 2 000 euros sur ce type de produit.

Nous avons donc commencé par rechercher le modèle le plus connu en France sur les sites d’occasion.

Le produit étant très recherché, les tarifs restent élevés même en seconde main, il y a très peu d’offres et elles partent très vite (pas de possibilité d’attendre le weekend pour se déplacer si besoin).

Nous avons fait plusieurs tentatives qui se sont toutes soldées par des échecs. Entre les trop chères, les déjà vendues, les « le mec se fout carrément de notre gueule et nous sort un vieux truc qui n’a rien à voir alors qu’on vient de se taper 3 heures de route » et le 4×4 qui a rendu l’âme (enfin la boite de vitesse) en allant en voir une autre, c’était mission impossible !

En parallèle on essayait de trouver un équivalent d’une autre marque ou sur des sites étrangers.

C’est finalement en Angleterre dans le pays d’origine de El Traktor qu’on aura trouvé notre graal avec une galerie Flatdog de 2,73m de long, belle, solide et expédiée sans frais surprise (on avait un peu peur du passage en douane sur ce type de produit).

Elle nous aura coutée 810 £ (930 euros auxquels s’ajoutent 20% de TVA française ) soit 1 116 euros contre 2 039 euros pour l’équivalent vendu en France

Livrée directement au garage pendant la convalescence d’El Traktor, il nous restait alors à hisser ses 40 kg sur le toit et à la fixer.
Une formalité réglée en moins de 2 heures à 2 (disons 3 pour la monter la haut, c’est pas une petit gabarit El Traktor contrairement à moi)!

Enfin bref, on a une galerie et c’est la plus belle de toutes ! (oui je suis totalement objective et aussi totalement tombée amoureuse du logo crocodile !)

Merci de nous avoir lu jusqu’ici !
N’hésite pas à partager cet article, à le commenter ou à apporter ton avis sur le sujet, cela pourra aider de futurs lecteurs.
Raph & Lyl’s

Publicité

TO DO LIST PREPARATION VOYAGE : SANTE : ASSURANCE, CHECK UP, VACCINATION, PHARMACIE, …

Avant de partir dans un voyage au long cours dans des pays n’ayant pas forcément le même accès aux soins qu’en Europe et dans lesquels des maladies différentes sont le quotidien des populations locales, il est nécessaire de se renseigner en amont et d’adapter aussi bien sa protection santé, que son schéma vaccinal ou sa trousse à pharmacie.

Bien évidemment on ne fait pas dans le risque zéro ou dans le au cas où, mais il faut prévoir les essentiels pour régler les problèmes courants et éventuellement pouvoir faire face quelques jours le temps de trouver une structure médicale.
On a déjà connu cette situation aux Philippines ou malgré la bonne volonté des locaux on se retrouvait dans des dispensaires sans matériel ni personnel formé et il a fallu attendre de changer d’île pour trouver une structure qui pouvait prendre en charge l’homme.

On va donc dans cet article aborder les différents thèmes en lien avec la santé.
Nous précisons ici que nous ne sommes pas professionnels de santé et que cet article est basé sur notre expérience personnelle et notre état de santé.
N’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin si vous devez voyager !

Le check up avant de partir :

Cela parait simple mais les délais pour obtenir des rendez-vous chez certains spécialistes en France sont parfois tellement longs que c’est LE point à anticiper le plus !
Les rendez-vous à prendre dépendrons bien sûr de votre suivi habituel en France ou de vos pathologies.
De notre côté c’est gyneco pour madame et dentiste pour nous deux (non toi non plus tu n’a pas envie de te faire soigner une carie au milieu de la brousse j’en suis sûre).
Nous ne referons pas de contrôle ophtalmo avant de partir mais on emmène nos anciennes ordonnances (ça nous a permis de faire refaire en urgence une paire de lunettes à Bangkok).

L’assurance santé :

C’est un essentiel !
En partant sur une longue durée et hors Europe nous n’avons plus aucune couverture santé que ce soit pour les petit bobos ou les gros pépins. (assistance sur place, consultation à distance, remboursement des frais, transfert vers une structure compétente, rapatriement).

Nous sommes partis il y a 4 ans avec Chapka et la formule Cap Aventure et avons été très satisfaits du fonctionnement lorsque nous avons dû faire appel à eux aux Philippines.
Communications fluide, bons conseils, remboursement rapide, rien à redire (si ce n’est qu’ils n’avaient pas anticipé la pandémie mondiale mais nous non plus donc on ne leur en veut pas !) !
On envisage donc de miser encore une fois sur leur professionnalisme pour ce voyage ! A suivre …

La vaccination :

Avant notre départ en Tour du monde il y a 4 ans, nous avions fait un schéma vaccinal complet au centre de vaccination internationale Saint Louis à Paris (c’est d’ailleurs un bon plan budget si vous avez plusieurs vaccins à faire car ça chiffre vite).
Cette fois si nous n’avons que la fièvre typhoide à refaire.

Notre schéma vaccinal à ce jour :
Covid : 3 Injections (lui on s’en serait bien passés !)
Fièvre jaune : Valable à vie
Rage : pas de rappel mais deux injections à faire en cas de risque J0 et J3
Tetanos : 10 ans (2028)
Méningite : pas de rappel
Hépatite A & B : pas de rappel 
Fièvre Typhoide : 3 ans (2021) A refaire

La trousse à Pharmacie :

Notre raisonnement a été le suivant :
Bien que plus tout jeunes (lol) nous consommons très peu de médicaments en France.
Nous avons généralement à la maison de quoi soigner les 3 ou 4 trucs les plus courants et nous évitons la prise de médicaments de façon systématique.

Dans les endroits que nous traverserons nous trouverons des pharmacies au moins dans les grandes villes. Pour les pathologies basiques, il faut donc de quoi pouvoir traiter quelques fois mais pas forcément une provision pour un an.

Nous ne sommes pas médecins, et si nous pouvons nous auto-médiquer  sur des pathologies légères et courantes, nous ne jouerons pas avec notre santé et utiliserons notre assurance voyageur et les hôpitaux locaux en cas de besoin.

Je vais donc vous lister ci-dessous ce que nous avons choisi de prendre avec nous.
L’ensemble des médicaments a été reconditionné dans des sachets.
Ce reconditionnement permet un gain de place évident mais facilite aussi la recherche du bon traitement puisque les plaquettes sont groupées et que chaque sachet est identifié avec le nom du médicament, les utilisations et la posologie.

Dans la trousse on met aussi dans un ziploc les ordonnances et les carnets de vaccination

Petite astuce, on trouve très facilement sur Internet les notices de tous les médicaments ainsi que la DCI (Dénomination Commune Internationale) équivalente au nom commercial du médicament recherché.

Vous trouverez ci-dessous le contenu de notre trousse qui n’est en aucun cas une trousse idéale ou exhaustive mais celle que nous avons choisi de constituer pour ce voyage avec l’avis de notre médecin.

Paludisme : Malarone / Atovaquone x 2 boites (curatif ) et anti moustique Tropiques
Notre voyage étant de longue durée nous ne pouvons pas prendre le traitement en préventif ce qui est généralement le cas lors de vacances, cette maladie étant très présente, nous contracterons donc sûrement le paludisme à un moment de notre voyage.

Douleurs et fièvre : Doliprane 1000 x 4 boites / Tramadol x 2 boites
Doliprane pour les douleurs et fièvres courantes let Tramadol en cas de douleurs de forte intensité

Douleurs dos : Anti-inflammatoire Ibuprofène + protection gastrique
Le dos … un soucis récurrent chez Madame un peu en kit de ce côté là !

Nausées & transit : Domperidone x 1 boite Lopéramide x 2 boites
Hygiène parfois limite, nourriture locale, je ne vous fait pas un dessin … essentiels en voyage !

Antibiotique large spectre : Amoxicilyne x 2 boites
Angine, infection urinaire, otite, infection digestive … la liste est longue et ils ont sauvé la vie de l’homme en Inde après avoir bu du lait de chameau à Pushkar !

Infection urinaire : monodose x1
Ok ça n’arrive pas tous les jours … mais si tu as déjà eu … tu sais !

Piqure / démangeaisons : Bétaméthasone crème
Une crème « couteau suisse » pour les affections cutanées

Colyre oculaire : Monodoses
Irritation de l’oeil (sable), conjonctivite.

Blessures : Désinfectant et pansements de diverses tailles
Strips / Bande autoadhésive maintien / Compresses / Tulle gras
De quoi soigner les petits bobos sur la route (seulement quelques exemplaires de chaque)

Accessoires
Thermomètre / Lame chirurgicale / Pince tique / Pince épiler

Bref ça parait beaucoup sur le papier mais une fois bien organisé, on se retrouve avec une trousse d’environ 20cm pour tout ce qui est médicaments et une petite boite pour les blessures. Facile à caser dans un placard du Defender !

Et au niveau budget ?
Pour les médicaments nous avons eu à régler le traitement contre le paludisme soit 17,43 euros x 2 et les vaccins pour la fièvre typhoide soit 48,50 euros x 2 (nous avons envoyé à notre mutuelle pour voir si elle prend en charge).
A cela on rajoute quelques articles de parapharmacie : bandes, strips, Insect Ecran.
Bref un budget tout à fait raisonnable pour ce type de voyage.


Merci de nous avoir lu jusqu’ici !
N’hésite pas à partager cet article, à le commenter ou à apporter ton avis sur le sujet, cela pourra aider de futurs lecteurs.
Raph & Lyl’s

Aménager un Defender : Etape 4 : Isoler phoniquement et thermiquement


On a déjà abordé ce point dans l’article Aménager un Defender : Etape 1, mais l’isolation tant phonique que thermique d’un defender est de base inexistante.
On ne se rend par forcément compte car on est habitué à des voitures ultra silencieuses et très bien isolées, mais c’est au point que l’on n’entend plus la radio passé 80 km/h et qu’au moindre gravillon projeté sur la caisse on a l’impression d’avoir percuté un truc.

Dès le début il était clair pour nous que nous ne souhaitions pas isoler totalement le véhicule.
La première raison est qu’il comporte pas mal de surfaces vitrées qui de toutes façons ne seront pas isolées, nous souhaitons aussi que la cabine de conduite ne craigne pas l’eau et préférons donc la laisser à nu (il y a déjà un habillage d’origine autour des socles de sièges et de la boite de vitesse) afin d’éviter l’humidité stagnante dans les matériaux isolants, enfin nous avons choisi de voyager en Afrique et si nous cherchons à améliorer le confort dans la partie arrière nous n’envisageons pas de chauffer le véhicule par exemple.
A partir de là nous avons choisi une double isolation. La première afin d’améliorer le confort acoustique du véhicule et la deuxième thermique.

Isoler phoniquement un Defender

Pour éviter l’effet caisse de résonance à l’arrière nous avons choisi de poser de l’alubutyl qui a pour effet principal d’absorber les vibrations des parties tollées du véhicule.
Son principe de fonctionnement : un poids important qui stabilise les surfaces. En effet bien que ne faisant que 2mm d’épaisseur, son poids est de 5kg au m2.
Ce produit, référence dans les aménagement de véhicule, est de plus très facile à poser. Présenté sous forme de rouleau adhésif et facile à découper il adhère parfaitement sur les surfaces lisses et dégraissées.
Assez cher à l’achat (environ 25 euros le m2), il n’est cependant pas nécessaire de recouvrir l’ensemble des surfaces, environ 50% des surfaces tollées couvertes suffit à garantir son efficacité.
(Bon par contre faut aimer le bleu et le look vaisseau spatial !)

Isoler thermiquement un Defender

Pour améliorer encore le confort et limiter les variations de température nous nous sommes mis en recherche du meilleur compromis en termes de matériaux.
Dans ce domaine il y a en effet beaucoup plus de choix que pour l’isolation phonique.
Mais après de longues recherches nous revenions toujours sur le même produit : l’Armaflex AF

On te liste ci-dessous les raisons de notre choix :

  • L’Armaflex AF que nous avons sélectionné ne fait que 10mm d’épaisseur, c’est le meilleur rapport épaisseur/isolation du marché. Et dans l’aménagement d’un 4×4 chaque cm compte ! Un isolant plus épais nous aurait fait perdre trop d’espace.
  • Il est facile à installer : sa surface autocollante adhère très bien (nous l’avons collé sur l’alubutyl) et résiste aux fortes chaleurs jusqu’à 85° (idéal sur les carrosseries), il est également très souple ce qui le rend résistant aux vibrations et facile à découper (beaucoup utilisent un cutter ou un couteau mais nous avons trouvé les coupes bien plus nettes avec de banal ciseaux … on vous laisse essayer !)
  • Il permet de lutter efficacement contre la condensation en jouant un rôle de pare vapeur et est imputrescible et antibactérien ce qui lui confère une excellente durée de vie.
  • Enfin, dernier point qui n’était pas dans nos critères initiaux mais qui a son importance dans un voyage en conditions extrêmes, il a une excellente résistance au feu (nous venons également de nous équiper d’un extincteur tant qu’on aborde ce sujet !)

Merci de nous avoir lu jusqu’ici !
N’hésite pas à partager cet article, à le commenter ou à apporter ton avis sur le sujet, cela pourra aider de futurs lecteurs.
Raph & Lyl’s

Aménager un Defender : Etape 3 : Tenter de rendre étanche le Titanic

Assez rapidement après l’achat, nous nous sommes rendus compte que les histoires d’entrée d’eau des Defender n’étaient pas une légende urbaine.
Il existe même un guide de 35 pages, le Defender Water Ingress dédié spécifiquement à cette problématique, notamment lorsqu’on souhaite aménager le véhicule car dans l’utilisation initiale le concept était que l’eau pouvait rentrer certes, mais du coup elle pouvait aussi s’évacuer facilement.

Après avoir traité la rouille, il faut donc s’occuper maintenant de l’étanchéité

A ce stade 2 questions se posent :
Quelles sont les principales entrées d’eau d’El Traktor et à quel point souhaitons-nous le rendre étanche.

Premier test : le passage au karcher.
On examine la partie arrière et c’est plutôt la bonne surprise.
Une entrée assez importante derrière le siège passager (sous la fenêtre latérale) et quelques gouttes par ci par là mais rien de dramatique.
On passe à l’avant et là c’est une autre histoire !
On a désormais un Defender jacuzzi !
Les 5 cm d’eau au sol s’évacuent assez vite pendant qu’on écope le tableau de bord pour éviter que les fils électriques ne barbotent trop longtemps … Safe comme activité !

En premier lieu on décide donc de se concentrer sur l’avant de la bête histoire de ne pas finir électrocuté un jour d’orage…
Les 2 axes principaux à ce niveau sont les joints du pare brise et les volets, les deux petites zones qui s’ouvrent sous le pare brise pour laisser entrer l’air (oui oui c’est la clim vintage ! ça fonctionne moyen mais ça a un charme fou !)
Pour le pare-brise c’est tout vu puisqu’il a besoin d’être changé pour un impact, pour les volets on achète de nouveaux joints, on démonte, on gratte les anciens qui sont totalement décomposés et on nettoie avant de tout refixer.

Une fois cette zone traitée, on décide de se focaliser sur l’arrière puisque c’est la partie qui va être aménagée et donc isolée.
Naïvement on pense que les infiltrations viennent des fenêtres latérales. On refait donc les joints des vitres une première fois. Puis le joint de la fenêtre lui même. Puis le joint des vitres une deuxième fois… On décide de changer de tactique et on refait l’étanchéité du toit (la zone entre la cabine et l’arrière), on pense qu’on est bon … mais non le gars résiste.
Breaking news on vient de comprendre le problème est on va prochainement refaire au sikaflex l’étanchéité totale entre la partie haute et la partie basse du corps du 4×4.
Là si de l’eau entre encore je lui achète un sac étanche et je l’emballe !

Après tous ces efforts, on ne peut pas dire que le Def soit étanche.
Je pense qu’on va quasiment atteindre notre objectif sur l’arrière, par contre nous avons encore de grosses entrées d’eau à l’avant car nos alignements de portes ne sont pas bon.
La bonne nouvelle c’est qu’on n’a pas de portes à l’arrière ce qui nous simplifie grandement la tâche !
La question qui reste à trancher à ce stade est : est-ce que ça vaut le coup de changer les joints et les charnières de portes (ce qui représente un petit budget tout de même) ou on part du principe qu’on fonctionne en mode étanche à l’arrière et passoire à l’avant … on continue de réfléchir pour le moment !